2013

Roquette - La revanche du vivant ?

La plus grande bioraffinerie d'Europe

En préambule au congrès de Lille, les adhérents de l'Atip (association technique de l'industrie papetière) se sont fait ouvrir les portes de la plus grande bioraffinerie d'Europe. Visite guidée de l'amidonnerie de maïs chez Roquette à Lestrem dans le Nord Pas-de-Calais.

   

Extraits

Nul besoin d'expliquer la chimie verte aux équipes de Roquette. Ici, on craque la céréale, on extrait et on sépare les constitutants des matières premières végétales depuis plusieurs décennies...


De la pharmacie au papier, en passant par l'extraction pétrolière

...Au total, le site exploite une centaine de lignes de production, débouchant sur plus de 700 produits. A côté des produits "traditionnels", Roquette investit de plus en plus le champ de la chimie pour fournir des composés et des molécules à 100% d'origine végétale. De ses recherches sont nées des nouvelles activités, dans la nutrition santé ou la chimie des polymères. 


Un laboratoire pilote baptisé D9 Dextrose et inauguré il y a quelques mois permet par exemple de produire des glucoses apyrogènes pour le secteur pharmaceutique.

L'usine livre également des secteurs non alimentaires comme la pharmacie, la chimie et même l'extraction du pétrole.

Les applications destinées à l'industrie papetière sont maintenant bien connues. Roquette a ainsi développé des biopolymères fonctionnels en complément de ses amidons cationiques de masse. On y retrouve par exemple la large gamme des produits VECTOR
® et STABILYS®, les premiers permettant d'augmenter les propriétés intrinsèques des papiers et tissus avec une réduction des coûts de production et/ou une amélioration de la runnabilité...

...Dans la gamme des STABILYS®, amidons spéciaux pour les opérations de précouchage et de couchage, le STABILYS®A permet une substitution partielle du liant synthétique dans la formulation tout en conservant les propriétés d'imprimabilité.


De nouvelles briques pour les plastiques végétaux

Proche de l'univers du paper et de la cellulose, Roquette accélère aussi ses développements dans la chimie du végétal. En effet, à partir de l'amidon, le groupe français a développé sur le site de Lestrem un monomère biourcé, l'isosorbide, qui peut remplacer le bisphénol A pour produire des polycarbonates (PC)...

..."Nous sommes également capables de valoriser les amidons de blé ou de maïs, en leur conférant des propriétés thermoplastiques, explique Jean-Marc Corpart, directeur de GAIALENE®, l'activité plastiques végétaux chez Roquette.

Les grades développés ont des propriétés comparables à celles des polyoléfines. De tels plastiques végétaux peuvent être vendus à des compoundeurs, des fabricants de films, des injecteurs, etc., et permettent à nos clients d'abaisser l'empreinte carbone de leurs produits de 65 %..." 

 

Usine GAIALENE - plastiques végétaux
L'unité plastiques végétaux GAIALENE® de Lestrem

 

...Les applications sont si nombreuses que Roquette, associé à dix partenaires, participe, dans le cadre des investissements d'avenir, à l'animation d'un institut d'excellence en matière d'énergies décarbonées, l'Ifmas, (Institut français des matériaux agrosourcés) spécialisé dans la chimie du végétal, qui se donne comme ambition de développer des plastiques et des peintures biosourcés.

Fonctionnant sur le principe de partenariats public-privé, cet institut doit être inauguré à Villeneuve d'Ascq, courant 2013... Au final, ce groupe familial pourrait bien raisonner demain comme la Green chemical company...     

Article paru dans Revue du Papier Carton N°115

Pour lire l'article en entier, télécharger le pdf