Chimie du végétal

Une réponse aux évolutions des besoins des marchés.

Un engagement dans une démarche de développement durable

Face au besoin de préserver les ressources fossiles, de réduire les émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le réchauffement climatique, et de développer des alternatives répondant à des problématiques technologiques et réglementaires, la Chimie du Végétal prend une place de plus en plus prépondérante.

Elle est l’un des principaux piliers de la chimie durable et propose aux marchés industriels des alternatives respectueuses de l’environnement, performantes et durables.

POLYSORB : isorbide à haute pureté pour les applications des polymères

Sûr et 100% biosourcé, le POLYSORB® peut efficacement remplacer
les diols base fossile pour la synthèse des polymères.


 

Depuis l’origine du groupe Roquette, la Chimie du Végétal a toujours contribué au développement de nouvelles solutions issues du végétal pour les marchés industriels comme par exemple  le papier, la détergence et la cosmétique, l’isolation, le textile, les colles ou des matériaux de construction.

L’objectif premier de ces innovations est d’apporter des fonctionnalités et des propriétés spécifiques à un coût compétitif.

En complément de sa forte présence sur ces marchés traditionnels, Roquette a pour ambition de devenir également un acteur majeur sur de nouveaux marchés tels que ceux des plastiques, des revêtements, des peintures et du traitement des eaux. Pour cela, Roquette développe des solutions innovantes comme les liants et résines techniques, les polymères de haute performance et les plastiques végétaux.

POLYSORB ID 37 une nouvelle gamme de plastifiants sans phtalates

POLYSORB® ID permet d'abandonner les plastifiants fossiles standard
sans aucun travail de reformulation ni aucune adaptation des paramètres des processus.

 

Les programmes de recherche dédiés à la Chimie du Végétal

Afin de répondre aux nouveaux besoins d’innovation des marchés, Roquette s’est fixé trois objectifs pour ses programmes de recherche dédiés à la Chimie du Végétal :

  • le développement d’intermédiaires chimiques biosourcés (comme l’isosorbide et ses dérivés) dotés de fonctionnalités et de propriétés technologiques innovantes permettant la synthèse de nouveaux matériaux de performance tout en offrant des alternatives durables à des composés suspectés d’être nocifs pour la santé,
     
  • la mise au point de nouvelles voies de production basées sur les biotechnologies industrielles ou sur des procédés chimiques innovants beaucoup plus respectueux de l’environnement (comme par exemple le procédé d’obtention de l’acide succinique BiosucciniumTM lien sur site reverdia),
     
  • le développement de polymères naturels fonctionnalisés et de nouveaux matériaux biosourcés à plus faible empreinte environnementale (comme par exemple la gamme de plastiques végétaux Gaïalene®.

Résines végétales GAIALENE


Grâce à l’ensemble de ses projets en Chimie du Végétal, Roquette s’engage résolument vers un avenir plus durable.

Roquette est de plus l’un des membres fondateurs de l’association Chimie du végétal qui promeut au niveau français et européen l’usage des produits biosourcés pour la chimie et les transformateurs en aval.